La JIC.....                    c'est quoi??
UN MOUVEMENT DE JEUNES PAR LES JEUNES
La JIC est un mouvement. Autrement dit, elle n’est pas une simple appellation que prendraient des équipes isolées les unes des autres et sans rapport entre elles. 
 
En faisant vivre un mouvement, les jeunes se donnent les moyens d’aller plus loin dans la recherche entamée en équipe. 
 
D’autre part, ce sont les jeunes eux-mêmes qui, à tous les niveaux, sont responsables de leur mouvement, décident de ce qu’ils souhaitent y vivre, l’animent. 
 
Il est alors possible, en lien avec des réalités qui marquent plusieurs jeunes d’une même équipe, de proposer des débats, qui sont l’occasion de donner la parole à des personnes d’autres équipes, mais aussi à des jeunes extérieurs à la JIC ou à l’Eglise et que nous côtoyons déjà dans d’autres lieux : le lycée, la fac, le travail, la famille, le cercle des amis, etc. 
 
Pour que la vie des équipes soit toujours plus riche et invitante, des jeunes des différentes équipes et des différentes branches (lycéens, étudiants, professionnels) sont appelés à constituer l’équipe régionale d’animation et de coordination où on partage la vie des équipes, propose des tables-rondes (ou débats) et des temps forts (par ex : W.E. festifs, de réflexion, culturels…).
LA JIC, UNE ASSOCIATION...
Elle dispose, à ce titre, d’une existence légale, d’un fonctionnement associatif et démocratique. 
 
Les responsables locaux jeunes de toute la France se retrouvent, chaque année, au Conseil National, où ils décident des orientations du mouvement, débattent de ce qu’ils souhaitent pour la JIC, échanger des idées, votent le budget, etc. 
 
Lors du Conseil National, les fédéraux élisent un Bureau, dans lequel sera désigné(e) le / la président(e) et le / la trésorier(e) du mouvement. 
 
A tous les niveaux de responsabilité, ce sont des jeunes de la JIC qui s’engagent.
LA JIC AGREE D'EDUCATION POPULAIRE...
La JIC dispose, depuis 1945, d’un agrément reçu du Ministère de la Jeunesse et des Sports : l’agrément d’Education Populaire. 
Cela signifie que :
- La JIC permet à des jeunes de commencer à prendre des responsabilités : des jeunes acceptent, ainsi, de s’engager comme délégués de leur équipe, comme responsable local et régional, comme trésoriers, comme membres de commissions nationales du mouvement en étant soutenu et aidé.
- Dans leurs responsabilités, les jeunes sont amenés à conduire des projets. C’est, alors, l’occasion d’acquérir des savoir-faire différents de ceux transmis par les études, la famille. Pour monter un projet à destination des jeunes ou non, de préparer des fêtes, on doit être capable : de s’informer, d’analyser des situations vécues par la jeunesse, de prendre la parole, d’exprimer des idées, de débattre, d’appréhender les finances et de réaliser un budget, d’animer des réunions, de travailler en équipe... La JIC est une association qui soutient les jeunes dans leur initiatives personnelles ou collectives.
-La JIC, à travers tout ce qu’elle propose, donne aussi aux jeunes des repères pour toujours plus s’insérer ou s’engager dans la société, en leur permettant d’être attentifs aux réalités qui marquent un ensemble de personnes : près d’eux, mas aussi dans les lieux où ils vivent : les lieux d’autres ou de travail, la ville, la région, le pays, d’autres pays.
LA PLACE DES ADULTES: DES ACCOMPAGNATEURS...
En JIC, ce sont les jeunes, eux-mêmes, qui organisent leur mouvement. 
Cela ne signifie pas que les adultes n’y aient aucune place : bien au contraire ! Leur rôle n’est pas de diriger le mouvement, mais de soutenir. 
 
Dans chaque équipe, un adulte (laïc, prêtre, religieux(se)) est présent et se met à l’écoute de la vie des jeunes. Il ne parle pas beaucoup, mais il écoute pour pouvoir le moment venu, reposer une question, qui permet aux jeunes de l’équipe d’avancer et de continuer à s’interpeller entre eux. 
 
De même, l’équipe fédérale est accompagnée, pour qu’elle puisse toujours mieux se mettre au service de tous les jeunes de la fédération. 
 
Et ce qui est vrai, au plan local, l’est aussi au plan national : toutes les commissions et instances nationales de décision sont accompagnées par un adulte « en recul ». 
 
L’accompagnateur fédéral ou national est appelé par les jeunes du mouvement et il reçoit, également, mission de l’Eglise.
Haut de page